« Qui sera le/la twaikiste ou twankiste de la quarantaine ?
En cette période de confinement et à l’occasion du début du Printemps de la poésie le 21 mars, le festival vous invite à un peu de créativité par les mots. Partagez vos élans poétiques à l’aide du mot-dièse #twaiku/twanka. Délai de participation : jeudi 30 avril 2020 à 20h20
. »

« Le Printemps de la poésie prend place modestement cette année, progressivement, résolument, même si les temps sont placés sous le signe de l’inquiétude, parfois de la morosité. Sur Twitter, nous laissons un espace libre pour écrire de poésie, instantanée ou méditée, via le concours de twaikus et de twankas.

Le principe
Le concours est ouvert à toutes et à tous. Rien n’empêche d’écrire à plusieurs mains. Aucune restriction non plus quant au nombre de poèmes envoyés par participant. Aucun thème n’est privilégié mais, en ces temps incertains, nous avons quand même besoin de réconfort. Les définitions du haiku et du tanka sont assez larges pour déployer votre créativité.

Le format
Les twaikus ne doivent pas dépasser 130 caractères espaces; les twankas ne peuvent pas compter plus de 260 caractères espaces. Dans les deux cas, on ajoute le hashtag obligatoire #twaiku/twanka. L’ajout du mot-dièse #twaiku/twanka est indispensable pour que le tweet soit pris en compte par le jury.


Une image (photo, dessin) ou une courte vidéo peuvent compléter le texte.
En revanche, un texte ne peut pas se composer de plusieurs tweets successifs.
Dernière règle : même en twaiku et en twanka, on évite le plagiat, et on cherche l’originalité.

La postérité de vos tweets
Toutes les contributions comportant le mot-dièse #twaiku/twanka seront retweetées par le compte officiel du concours @haiku_UNIL. Les tweets qui auront retenu l’attention du jury seront diffusés sur d’autres supports de communication du Printemps.
« 

Partagez nous vos trouvailles!

À propos

La culture romande depuis chez vous, en période de confinement #culturacasa.

Projet initié par la Ville de Lausanne, réalisé par :ratio et édité par Après-demain et My Little Fribourg.

Suivre